Misanthrope
GB
English


Chroniques de
1666... Theatre Bizarre
.

En Français

The French Touch
MISANTHROPE - 1666... Theatre Bizarre
4/6
1666 ... l'année de la première représentation du Misanthrope par Molière. Année de référence pour le groupe Misanthrope, qui célèbre aujourd'hui les personnages de Molière, Alceste et Célimène la perfide. Dans un style heavy-metal baroque relevé, Misanthrope remet à jour le mythe du plus célèbre des parias. La misanthropie éternelle, voilà donc le credo de ce groupe original, qui mêle à tout va les images et les thèmes habituels du metal le plus traditionnel (celui qui nous vient d'Allemagne accompagné de caisses de bières) à ses délires personnels et aux expérimentations sonores les plus intrépides.

La musique de Misanthrope ne laisse pas de repos à l'auditeur. Les guitares lacérent sa chair, tandis que la basse omniprésente lui déchire les entrailles, et c'est finalement la batterie qui l'achève, en alternant les roulements, feulement et autres envolées sauvages à la double grosse caisse. Seuls les solos de guitares, dans un style heavy assez classique, apportent une bouffée d'air frais à cette masse écrasante de précision. Les passages à la guitare accoustique sont eux aussi bien trouvés et permettent de changer de style, prenant parfois le fan de metal à contre-pied, comme sur les parties calmes d'"Aphrodite marine", morceau qui pourrait presque remporter la palme du "tube romantique de l'été" ! Le clavier est quant à lui présent parcimonieusement, créant des ambiances tantôt grandiloquentes ("La dernière pierre"), tantôt plus intimes et lourdes de douleur retenue.

Avec ses textes en anglais, français et allemand, Philippe Courtois de L'Argilière se pose en poète débridé, écrivain sensuel qui ne connait aucune limite, mais que mène inexorablement la haine du genre humain. Sa voix sait se faire tour à tour profonde, rauque, larmoyante ou bien encore rapeuse et haineuse (chant typiquement black metal).

Misanthrope nous gratifie ici de son troisième véritable album, et l'on ne peut qu'acclamer la rigueur et le niveau que le groupe a déjà atteint en 1995. Seule la production est parfois un peu faiblarde, surtout au niveau des rythmiques à la guitare, perdues derrière la voix et la batterie. L'arrivée de Jean-Baptiste Boitel déchargera par la suite le chanteur de la plus grande partie du jeu de guitare, et permettra d'élargir encore le champ d'études du groupe, plus stable et qui pourra alors se passer de ses nombreux "invités", afin de se propulser vers les plus hauts sommets.

Ptit Boy

Metallian N# 2 - Edition Française
Misanthrope "1666... Theatre Bizarre" (Holy Records)
$$$$$1/2
Ce troisième album de MISANTHROPE est une vraie machine à remonter le temps nous transportant vers des temps où la poésie, le théatre et le sexe se mariaient pour le plus grand plaisir de chacun dans un déclin de violence et de mensonges... Toujours aussi déroutant avec des morceaux aux parties multiples et ensorcelantes, "1666..." n'a rien à envier aux dernier NIGHTFALL ou SEPTIC FLESH, se situant d'ailleurs dans la même lignée... "Gargantuan decline" déroutant par ses accélérations et ses parties symphoniques où toute la technique de MISANTHROPE est mise en valeur, "Courtisane syphilitique" (MISANTHROPE en français) à l'esprit envoutant, aux voix schyzophrènes de Philippe qui altère des vocaux brutaux avec de la brutalité, "1666..." mélange d'ambiances et de rage au refrain accrocheur. Les titres s'enchainent et l'on continue de vivre des émotions intenses, l'avant-gardisme de cet opus fait plaisir et démontre que certains groupes ont vraiment l'intelligence d'innover et de prendre des risques!

Beyond the Gate N°1 - (Fanzine)
1666... Theatre Bizarre - 1995
Attention, vous entrez là, dans un univers de rêves, de fantaisies et de bizarreries. Ce deuxième véritable album des Misanthrope est un pur chef d'oeuvre. Ils arrivent au summum de leur art, si personnel et... bizarre. Comme toujours, HOLY a soigné la présentation et le choix des illustrations. Tout est parfait, les guitares sont très mélodiques et agréssives en même temps, les claviers apportent la fantaisie et le relief aux compos, vraiment, il n'y a rien à dire d'autre sur cet album. Achetez-le!!

Shocker N°2 - (Fanzine)
"1666... Theatre Bizarre" Holy Records
Fabuleux! Tout simplement fabuleux! Pour un troisième album il faut avouer qu'il s'agit là véritablement d'un coup de maître. En rendant hommage à Alceste et Célimène MISANTHROPE s'en est allé sévir sur les chemins du Metal tout en peaufinant avec zèle sa propre définition de la misanthropie dans la musique que l'on vénère. Refusant délibérément, à l'égal d'Alceste face au monde, d'entrer dans la grande famille du Hard Rock conformément au moule défini par avance, cet excellent groupe français sous la direction de Philippe Courtois de l'Argilière bouscule notre conformisme bon enfant dans le dessein ultime de réveiller en nous le peu de culture qui reste de nos études parfois bâclées. Outre les références littéraires dues au maître à penser du groupe la présence des textes en français, en anglais et allemand sur fond de réflexions philosophiques se trouve être amplifiée par toute une variété de breaks en tout genre (classiques, baroques, acoustiques, thrash, death...) bénéficiant d'un traitement qui au niveau des mélodies choisies fait merveille. Les riffs plus qu'accrocheurs, les lignes de chants étonnantes en raison de leurs différences et de leur positionnement, et de la présence d'Alexandre Iskandar (clavier d'ELEND) sont là pour nous rappeler que le Metal peut être différent de ce que l'on encaisse sans rechigner depuis des années. Bizarre, que nenni! Et 1666 (n'en décoivent les satanistes de tous poils) n'est en fait que la date de la première représentation du Misanthrope version Molière. Quant à notre groupe hexagonal son refus du monde musical d'aujourd'hui en raison de sa création n'est que le reflet de sa propre définition de la misanthropie vue par des musiciens hors normes. Sans pour autant être prétentieux "1666... Theatre Bizarre" est un pavé lancé dans la mare du Metal, que ce soit son esprit ou son enveloppe musicale cet album mérite les plus grands applaudissements. Ainsi par opposition aux trois coups du début de l'album et en toute complémentarité ces applaudissements concluent de fort belle façon cette oeuvre immense qui se trouve être le plus bel hommage que l'on puisse rendre à la communion du Heavy Metal et de la tradition littéraire française dans ce qu'elle a de plus noble. Envoûtant, indéfinissable, incroyablement beau et tellement essentiel... Vous verrez ainsi qu'après plusieurs écoutes vous en redemanderez encore car découvrir un album aussi riche et complet est tellement rare...

En Anglais

Shadows of Michelangelo - USA
MISANTHROPE "1666... Theatre Bizarre" (CD) Holy
From the mythological land that is France comes this superb, avant-garde, tech-death 3 piece. Wonderfullyexecuted Death metal gracefully coexists with ambient keyboards, heavenly harps and a slew of orchestral breaks admist the total mayhem that is Misanthrope. This band is perfectly at home with both blast beats and acoustic numbers. I beleive this is a major area in which metal is expanding; to bad Europe seems to have a monopoly on this scene. Misanthrope is definitely leading the way for an American invasion.
D.D.

Koito 'zine - Italy
"1666... Theatre Bizarre" CD Holy
*****
I admire this band! Few bands have been able to blend music and culture in such a perfect way! In fact the concept album is refered to Molière's "Le misanthrope" theatrical comedy. Maybe something like this has been done by Master's Hammer in their "The filemnice occultist", but musically speaking Misanthrope are quite far from the Czech nab. These French have death roots, but I can't restrict this album in any catalogued genre, they've full mastery of music and they can jump from a field to another the way they want. So, buying this CD, expect a lot of variety, creativity, catchiness, talent, originality and refinement. Misanthrope are more than a span above the others and would deserve more notoriety. After all, a must for every open minded person! Band's address is the same as Holy Records.

Screams from the gutter - USA
"1666... Theatre Bizarre" Holy
As a whole, heavy metal is a very misunderstood and underrated genre of music i almost every aspect from musicianship, songwritting, integrity and maturity right down to song titles and band names. Take Misanthrope for instance. By definition, a misanthrope is a hater of mankind, but is's more than just a mere term. For the French quintet it's "Le Misanthrope", a play written by French dramatist and founder of "Illustre Theatre" in Paris Jean Baptiste Poquelin Molière. 1666 represents the date in which the play was scripted (one year before Milton's famous "Paradise Lost") and marks two years of work on the band's part arranging this 74-minute near-perfect masterpiece of classical compositions and a plethora of climates metal can unleash. The band's third full length lp since their inception in '88, 1666... sees an increase in imagination, symphonic style, sophistication and even production quality over '94's MIRAVLES: TOTEM TABOO and with the insightfull addition of Elend's keyboardist Alexandre Iskandar, the orchestration have reached zenith-levels. Lavish are the elements at work in this eleven track avant-garde invention. "Mylene" offers an odd teaming of blazing drumwork, choiring soprano and gentle piano and "Schattengesang" a helix of even greater proportions. Of the serene realm, "Aphrodite Marine", "L'autre Hiver" and "La Derniere Pierre" dance with acoustics, tepid melodies and a bounty of artistic dignity. Epic and strong is the metal verve in "Gargantuan Decline", "Courtisane Syphilitique" and title cut, meanwhile the most mellifluous of the tracks, "Pirouetting through the Gloom", is a pageantry of atmospheric pieces, melodious enchantment and furious velocity. The vocal spectrum of Philippe Courtois de l'Argiliere yawns almost as the musical one does, spiraling with wounded regrets, harsh narrative and malicious venting. The masterful cohesion of these traits is stunning to even veteran avant-garde music listeners, leaving new-comers gape-jawed, stupefyed and reevaluating their disdain for the style. With no apparent weakspots, 1666... is one that will stand with awarded and proves doubtlessly the mettle of its genre as well as that of the ignored musical style.

Hell kitchen E-mail Fanzine
Misanthrope "1666... Theatre Bizarre" CD -HOLY-
Third full lenght album for this French band which sound has followed a really amazing evolution since their early days. Nowadays, far away of their death metal origins (although the vocal passages tend to combine thrash and death metal patterns in most of the songs), Misanthrope delivers a nice amalgama of furious metal music and medieval melodies, be in the heaviest tracks (which have a certain smell to Skyclad, specially for the groovy rhythms, some vocal passages and the combination of modern and ancient sounds) or in the slower and more romantic ones (that tend to sound like instrumentated poems with an interesting accoustic background and really expressive didincarnate melodic vocals).Everything in this album is just brilliant, from song strucutres (showing lots of variation and complexity but always being catchy and groovy) to production (just perfect) making Misanthrope to be one of the most interesting bands (music and lyric wise) in the metal scene, specially for the unicity of their sound (that, as said before, could just be compared to Skyclad). A total must for music lovers.

Hell Razor 'zine - Belgium
"1666... Theatre Bizarre" (CD '95 / Holy Records)
Holy Records again participates to extinguish your narrow mindedness with bashfull hatred and extreme barrage. After the weird and experimenting previous albums from Misanthrope, they bring you here another theater of pulverizing psycho metal. Their violent musical provocation is a puddly mix of sickening pugnancity with influence from death / doom / thrash / heavy / gothic / wave / classical/ symphonic / industrial music. The listener gets overwhelmed with fast breaks, constant changing riff structures, pungent screams, infernal grunts, female vocals, choirs, clear opera souding throats, reflexible piano tunes, weird noises, soundscapes and magnificent keyboard reflections by Elend member Alexandre Iskandar. The list of scurvy influences and sounds is endless ans show what Holy Records is the only label that has the terrific quality to create unlimited serenades. With this bizarre creation of unquenched emotions Misanthrope shows the world the vary dimensions of the musical spectrum. ONe of the most original and variable release aver the waddle inside your ears. Voluptuary...
Carlos S.

-mail
Mise à jour: 4 Juin 2003