Misanthrope
GB
English


Concert of April 29th 1999
Club Dunois, Paris
.

Chronique par André Pires (pires@wanadoo.fr)
Fan de Misanthrope depuis 'Theatre Bizarre" je n'avais jusqu'alors jamais eu l'occasion de voir Misanthrope sur scène et j'avoue que j'attendais ce concert avec beaucoup d'excitation. Mais aussi un peu d'apréhension étant donnés les echos que j'avais eu au sujet des difficultés connues par Misanthrope pour retranscrire sur scène la complexité et la magie des morceaux des albums.
La première chose qui m'a soufflé c'est l'énergie de Misanthrope sur scène : cette entrée en matière fracassante sur un 'Matador de l'Extrême" Ultra-violent. Et là aussi surprise : SAS de l'Argilière ne tient pas la guitare. Le groupe a recruté un deuxième guitariste pour épauler Jean-Baptiste Boitel, dont je ne connais toujours pas le nom. A défaut de le remarquer par ses prouesses techniques, on peut dire que sa présence scénique est réelle et ils font une paire de beaux diables avec Jean-Jacques Moréac. Musicalement, on s'en doute bien, les autres musiciens assurent comme des bêtes. Jean Baptiste, la cathédrale ancrée à droite de la scène enchaîne admirablement rythmiques forcenées et solo mélodiques (un peu statique tout de même en comparaison des autres mais on a l'impression que la cohérence des morceaux repose sur ses épaules). Jean-Jacques retranscrit sans le moindre accroc ses exploits sur album. Un petit bémol quand même pour la batterie qui ne réussit pas à me rassasier par rapport à ce qu'il sur les morceaux originaux : ceci est peut-être du au son qui ne fut pas à mon avis très flatteur pour Alexis Phelipot. Chez Misanthrope pas besoin de solos pompeux instrument par instrument pour ne pas frustrer le musicien egocentrique : les structures recherchées et les parties instrumentales semblent suffisantes pour combler les musiciens et encore plus le public. Public qui ce soir me semblait très receptif à la musique du groupe (une attente assez longue pour revoir le groupe sur scène devait aider) bien que certains soient venus plus pour voir la tête d'affiche. Avouons qu'on aurait pu avoir pire comme public que celui de Septic Flesh. Quant à Philippe Courtois que dire sinon qu'il est complètement halluciné ce mec : lunettes noirs, "chemise" façon Molière et costume noir il nous aura servi une prestation énergique, juste et parfois thêatrale. On n'en attendait pas moins : l'originalité et l'avant-gardisme n'est-ce pas ce que nous cherchons chez Misanthrope. Que manque-t-il à Misanthrope pour devenir un groupe immense : l'acharnement et le professionnalisme dont ils font preuve et l'appui sans faille des fans que nous sommes. Quant à moi je donne rendez-vous à Misanthrope le 8 Mai à Lille et le 29 Mai à Evry en première partie de Angra, Dimmu Borgir, Gamma Ray, ... un tel public est il suffisamment ouvert pour l'écoute de Misanthrope? Esperons-le. Sinon tant pis pour lui (le public).
La liste des morceaux joués doit être, dans le desordre (en regardant les albums) :
  • Matador de l'Extrême
  • Misanthrope Necromancer
  • L'Ecume des Chouans ("Le morceau qu'on a essayé de nous interdire " SAS)
  • Total Eclipse Chaos
  • Humiliations Libertines (Avec la cravache et la langue)
  • Futile Future
  • Bâtisseur de Cathédrales
  • Courtisane Syphilitique
  • 1666 Theatre Bizarre
  • Le Roman Noir
TRES GRAND CONCERT D'UN TRES GRAND GROUPE!
Chronique par Yann
Natron n'était pas présent pour ce premier concert de la tournée (panne de voiture et impossibilité de prendre l'avion en Italie car les américains veulent jouer à la guerre en Europe). Le groupe Bloody Tears (le doute me gagne, je ne suis pas sûr du nom du groupe) les a remplacés de façon assez sympathique, malgré un manque d'expérience de la scène.

Misanthrope, Misanthrope, Misanthrope! Ils ont commencé le concert de façon "rentre-dedans" avec un Matador de l'Extrême, euh, ...extrême! Que de changements depuis la dernière fois. S.A.S de L'Argilière à laissé sa guitare à Xavier Boscher et se donne à fond dans le chant. Bénédicte Albanhac remplace Sergio aux clavier (la dernière fois, elle jouait avec Penumbra). Un peu tendue pour son premier concert avec Misanthrope, mais elle s'en sort très bien. S.A.S, en héritier spirituel moderne d'Alceste, porte un costume noir sur une chemise argentée style XVIIème siècle sans oublier des petites lunettes noires!
Misanthrope enchaine les hymnes: Courtisane Syphilitique, Futile Future, Total Eclipse Chaos, Combattant sans Sépulture, L'écume des Chouans, Misanthrope Necromancer, Batisseur de Cathédrales, Libertine Humiliations pour finir comme toujours par le sublime Roman Noir.
Grace à Xavier et son fantastique travail à la guitare, le son est beaucoup plus typé Heavy Metal que sur les albums. Inutile de vous dire que les autres musiciens sont toujours aussi bons.
Quoi, c'est déjà fini? Jamais un concert ne m'a semblé aussi court. Pourtant ils ont joué dix morceaux...

Au Club Dunois, la température augmente toujours tout au long de la soirée. Cette fois-ci, c'est Septic Flesh qui en a souffert. Malgré la chaleur, ils nous ont offert un superbe concert. Leur musique se prète étonnament bien à la scène. J'ai bien regrété l'absence de la voix extraordinaire de Nathalie Rassoulis, mais on ne peut pas tout avoir. ;-)

Ce fut un concert intense, superbe. J'attends déjà le prochain.

-mail
Mise à jour: 12 Décembre 1999