Misanthrope
GB
English


Concert du 23 Mai 2003
Espace Julien, Marseille
.
Chronique par Bat
Le 23 mai dernier a sonné le glas de mes retrouvailles avec sa majesté Misanthrope. 3 ans d'éloignement, c'est long, ainsi, ma fébrilité n'avait d'égal que mon impatience devant le show soporifique de dolly. Quelques réglages de dernière minute et c'est parti : la sono nous débouche les oreilles au son de l'intro de la marche des Cornus, immédiatement enchaîné par les prouesses des trois troubadours de son altesse S.A.S, qui arrive sur scène visiblement très en forme. Le son est bon et les nouvelles sonorités collent parfaitement à l'interprétation scénique. Petit reproche tout de même, la disparition de JB au profit du maniement de la sono est regrettable, tout comme l'usage de samples, un peu trop systématique. Messieurs, embauchez-nous donc un clavier live digne de ce nom !
La set liste est principalement axée sur les trois derniers disques, avec seulement un titre de visionnaire (bâtisseur de cathédrales, et non Philippe nous ne sommes pas que deux à la connaître !), aucun de Théâtre (snif). Voici donc la liste (dans le désordre) : Bâtisseur, L'écume des chouans, Humiliations libertines, Eden massacre, Les lamentations du diable, Révisionniste, La marche des cornus, Grand démonologue, et sûrement une ou deux dont je ne me souviens plus.
Scéniquement, le groupe est à l'aise : Anthony reste concentré, mais gesticule tout de même, Jean Jacques est une pile électrique, Gaël a l'air tout malheureux derrière ses fûts, SAS nargue la foule, motive ses bataillons misanthropiques, nous asperge de champagne et remercie très chaleureusement la faible assistance (une honte pour une ville de cette taille ! Et les jeunes, sortez de chez vous, je me suis bien tapé 150 bornes entre 2 partiels !). En résumé, ils ont plus qu'assuré, on sent bien que le groupe est à l'aise, et prend son pied.
Chapeau bas messieurs, un grand merci, et à très bientôt je l'espère.

-mail
Mise à jour: 4 Juin 2003