Misanthrope
FR
Français


Article
Metallian - October/December 2000
.

Misanthrope

Les Empereurs Du Néant

"Misanthrope immortel" est sûrement le meilleur album de MISANTHROPE depuis "1666 Théâtre bizarre", car il détient tous les éléments d'une maturité évidente, derrière un combo atypinue nui n'a jamais fait comme les autres... Avec à sa tête un leader passionné, lié à son groupe comme à sa chair, on peut d'ores et déjà affirmer due MISANTHROPE est un bien bel exemple de réussite pour le métal français...

Ce nouvel opus marque le retour d'un MISANTHROPE plus proche de l'époque "1666 théâtre bizarre"...
MISANTHROPE restera toujours MISANTHROPE ! Notre style est le même et il est bien défini par quelques règles inaltérables. Honnêtement, notre nouvel album est dans une veine beaucoup plus orchestrale que "Humiliations libertines" et le retour à une véritable forme de poésie peut être comparable à "1666 : théâtre bizarre". Mais en aucun point, il n'est identique ou inspiré. Nous savons que beaucoup de personnes sont nostalgiques de notre période underground de "Variation on inductive théories" à "1666 : théâtre bizarre", mais en tant qu'entité musicale, nous nous devons d'aller de l'avant et de progresser. Nous confirmons notre style en étant toujours plus modernes et en réelle compétition avec la scène mondiale actuelle. Nous adorons "1666 : théâtre Bizarre", mais "Misanthrope immortel" est en tout point incomparable et supérieur !

"MIsanthrope immortel" est un album qui comporte un "feeling" très heavy metal, beaucoup plus marqué que sur les précédentes réalisations...
C'est un fait : nos parties de guitares sont plus heavy metal. C'est la maîtrise technique, la complexité et la recherche absolue du riff qui tue qui nous ont entraînés dans cette voie. Avec "Humiliations libertines" nous avions ouvert la brèche. Cette fois les claviers orchestraux et les guitares sont exceptionnellement mis en valeur, musicalement, parfois, cela se rapproche de l'école finlandaise. Tout ce qu'ont fait NIGHTWISH, CHILDREN OF BODOM et même quelque part STRATOVARIUS a apporté une nouvelle façon de structurer, de composer et d'arranger le heavy metal moderne. Nous sommes en l'an 2000, II était vraiment temps que l'on donne de nouvelles ailes à la base du style metal : le heavy... MISANTHROPE, musicalement, lui, est plus rapide et violent, plus mélodique, beaucoup plus riche et mieux arrangé. Frantz-Xavier BOSCHER qui me remplace à la guitare a apporté un nouveau dynamisme au niveau de certaines rythmiques et ses solos sont affolants. Ce nouvel album est à l'extrême de tous les extrêmes, avec ce que l'on fait de mieux en qualité sonore de production et en exécution instrumentale.

N'as-tu pas voulu avec cet opus mettre au grand jour tes fantasmes les plus inavouables ?
J'ai composé un album hautement authentique où personnalité, amour de la culture française, littérature érotique et poésie se croisent. Cette fois, les textes ont été très composés, presque trop peaufinés. Il y a des dizaines de versions différentes de chaque texte, toutes les semaines, voire tous les jours certaines phrases, certains mots se développaient jusqu'à la dernière seconde de l'enregistrement final des parties vocales. Le travail a été bien fait, les textes sont très riches et il y a moins de répétitions qu'auparavant. Sur certains titres comme "Tranchées 1914", les strophes évoluent et ne se répètent pas une seule fois ! La version limitée comportera les douze titres et l'outro. Il y a beaucoup plus de matériel que sur "Humiliations... ", c'est un album plus long et moins compact, avec quelques aérations comme le superbe morceau atmosphérique, "Nuits androgyne", avec chant clair et acoustique lascive... On s'est vraiment lâché avec cet album et nous sommes allés au delà de toutes nos émotions et expériences. Avec "Misanthrope immortel" nous sommes dans l'ultime phase du groupe. Il nous reste des choses à dire dans d'autres circonstances, mais c'est vrai qu'avec MISANTHROPE, nous sommes totalement heureux d'avoir parachevé notre oeuvre avec cet album...

Tu fais vivre depuis bien longtemps ce misanthrope de Molière... Ne penses-tu pas nous avoir entièrement dévoilé son esprit, son oeuvre ?
Oui, nous incarnons les personnages de Molière, mais c'est l'esprit et la spiritualité de l'oeuvre qui nous animent, pas la pièce en elle-même et ses rebondissements. Il est vrai que nous avons quasiment tout dit sur ces quatre actes en quasiment onze années de bons et loyaux services aux joyaux de sa majesté, mais le passé nous fascine et la culture française aussi. Nous sommes assez métamorphosables, face à ces milliers de groupes qui se répètent sans fin... Quand tu vois tous ces "clones" d'HELLOWEEN qui émergent partout. Après la grande mode du death métal, du black, voici le true métal ! C'est un peu navrant de voir si peu d'originalité parmi les milliers de disques qui sortent chaque année en métal. La scène est inondée de groupes approximatifs et sans âmes. C'est la peste du métal moderne ! Nous respectons toute forme de métal, mais pas les copies !

Ne te sens-tu pas comme un personnage "schizophrène" qui s'illumine à travers ce personnage complexe ?
Si tu parles de S.A.S de L'Argilière, oui, quelque part, cela doit être cela. S.A.S de L'Argilière est discernable par son comportement, une certaine verve et une rébellion que l'on ne peut qu'attribuer à son moi de générosité, d'habileté et de dévouement. La schizophrénie dans un tel personnage est douée à vivre, il y a toujours les sautes d'humeurs de tout individu, mais en fait quand tu réfléchis bien, il y a toujours au fond de nous un artiste qui sommeille. Il suffit de s'ouvrir un peu, pour qu'il s'épanouisse. La complexité du personnage de S.A.S de L'Argilière a fait ses qualités et sa représentation. Il y a certains codes qu'il doit suivre et son comportement envers certaines phases de l'existence est inévitablement fixé d'avance. C'est un personnage public, de scène, avec ses exubérances, ses qualités et ses défauts. Il est le second moi que l'on voit à travers le miroir, à travers le paraître, à travers les autres. S.A.S de L'Argilière est la représentation physique du MISANTHROPE.

Changeons de sujet et parlons de la production : c'est Fredrik NORDSTRÖM qui est encore votre producteur... Pourtant le son est plus limpide et plus clair que sur "libertine humiliations" ?
Oui, le son est absolument géant, nous sommes encore, tous, ébahis par le travail de prise de son et de mixage de Fredrik NORDSTRÖM. Cette fois, nous avons vraiment insisté pour qu'il arrive au bout des désirs du groupe. De toute façon, il avait en permanence sur le dos Jean-Baptiste BOITEL ou Jean-Jacques MOREAC, donc avec ces deux colosses devant lui, il a bien fallu qu'il se dépasse. Le son est de très bonne qualité, les claviers orchestraux sont somptueux et interviennent au juste moment, les guitares hyper puissantes et rapides, les solos virtuoses, la batterie gigantesque et le chant monumental. La basse, que notre héros national Jean-Jacques MOREAC, fait encore vibrer à toutes ses attaques appuie les percussions d'Alexis PHELIPOT qui semble avoir mis de la dynamite au bout de ses baguettes. C'est un album à la production concise (et "putain" elle sonne !)... Nous recherchions personnalité, compréhension et puissance et a priori, c'est ce que tu as retenu de l'album...

Comment se passe d'ailleurs l'enregistrement d'un album en Suède, à des milliers de kilomètres des chez soi ? Est-ce toujours facile de donner un maximum de "feeling" ?
C'est la troisième fois que nous utilisons ce processus. C'est maintenant important pour nous, de nous couper de tout, vingt jours durant, pour enregistrer un disque. C'est une habitude depuis "Visionnaire", alors je ne sais pas si c'est bon ou mauvais, mais durant cette période, nous sommes à 100% musique et nous ne pensons à rien d'autre. Nous ne parlons que de son, de notre façon de jouer et de notre feeling sur chaque titre ce qui est le principal. L'album doit avant tout avoir une couleur, une ambiance. Le ton est donné dès le début du premier titre "Eden massacre"... L'enregistrement se passe simplement. Pour cet album, nous nous étions fixé quatorze jours pour les prises de sons et six pour le mixage. À notre arrivée Fredman s'est imprégné des cassettes démo de l'album, on a choisi l'ordre des titres sur les bandes et on a enregistré le métronome sur une piste. Puis Alexis PHELIPOT a enregistré énergiquement sa batterie avec une guitare ou une basse témoin. Ensuite ce fut le tour de la basse, les guitares rythmiques, les guitares mélodiques, les guitares acoustiques et les claviers pour finir comme à notre habitude par le chant et les solos. C'est ce qui est le plus long en général, car pour qu'un solo ou un phrasé de chant plaise aux cinq membres de MISANTHROPE, il faut y passer du temps. C'est le supplice pour celui qui enregistre (Rires),.. Après les deux premiers jours de mix', c'est le repos du musicien, Fredman branche ses câbles, essaye ses nouveaux jouets "High technology" et fait des merveilles. Le troisième soir du mixage le morceau "The soul thrower" était prêt. Quelques retouches au début du quatrième jour et les treize titres se sont enchaînés sur la console jusqu'à la fin du sixième jour. C'est comme ça la production MISANTHROPE !

Vous devez avoir rencontré là-bas, d'autres groupes... Qui sont-ils et quelles impressions t'ont-ils laissées ?
Durant les prises, les DARK TRANQUILLITY ont mixé leur album. On a tout vu... Fredman a torché ça, en trois jours, avec brio. Il y avait quinze titres au total et "Haven" ne comporte que onze morceaux au final : c'est étrange, ça, par contre ! Avec DARK TRANQUILLITY, c'était compétition de ping-pong tous les jours, ils sont d'ailleurs particulièrement agréables pour des suédois. Sinon, pendant notre mixage, il y avait un nouveau groupe formé par des ex-DISSECTION, SWORDMASTER... Il y avait aussi une espèce de RAMMSTEIN "Made in Sweden". Ils se sont donné les moyens de faire leur première démo au FREDMAN. En général les suédois (IN FLAMES et consorts... ) sont sympathiques, mais parlent très peu et sont relativement renfermés, par rapport à nos comportements de latins. Il n'y a aucun problème majeur, sauf qu'ils n'ont pas la même joie de vivre que nous "êtres misanthropiques", c'est pour dire...

Tu as toulours chanté, en utilisant l'anglais et surtout le français, une bien belle langue, rarement utilisée dans le metal... Comment les fans ressentent cette audace languistinue tout en ton honneur ?
L'utilisation récurrente du français est ce qui a donné ses lettres de noblesse au groupe. Le succès constant de nos albums depuis "1666 : théâtre bizarre" en est une preuve concrète. Le public se retrouve enfin dans un metal qu'il apprécie dans sa langue maternelle, le texte retrouve ainsi toute sa valeur. C'est une communication beaucoup plus intense qui existe entre MISANTHROPE et son auditeur, quand tu écoutes l'album, les mots touchent directement l'âme et c'est irréversible. Sur le nouvel album "Misanthrope immortel", sept titres sont en français, alors que sur "Humiliations libertines" seulement quatre l'étaient. Nous avons vraiment développé la langue française sur ce nouveau CD. Cela s'est passé naturellement par le travail et par une inspiration fleuve poétique. Nous avons tellement de choses à vous dire ! On retrouve un lyrisme qui enchantera notre public des premières heures. La langue française est aussi un atout à l'étranger, regarde le Japon, l'Italie, la Finlande ou l'Allemagne, il n'y a aucun problème d'acceptation, c'est un plus dans l'originalité et pour la qualité du groupe. Nous sommes fiers d'avoir quelque part relancé l'utilisation du français dans la scène métal des années '90 jusqu'à aujourd'hui.

Penses-tu que nous devons d'ailleurs éduquer les étrangers & plus s'ouvrir à notre langue ou du moins à ne pas repousser les groupes qui n'utilisent pas la langue de SHAKESPEARE ?
L'éducation n'est pas le terme, c'est une certaine ouverture d'esprit. Mais, comme dans tout milieu, le métalleux peut être un "bourrin" ou un être plein de subtilités. Il y a de multiples styles d'individus dans le monde. Même si nous sommes la, pour déverser un message rebelle, la compréhension universelle ne nous intéresse pas. Nous nous complaisons dans une certaine frange du public : celui qui écoute MISANTHROPE, et qui a su y accéder, le mérite ! Le reste n'est qu'un champ qui brûle. L'être humain est trop borné, pour s'ouvrir ou combattre pour une cause. MISANTHROPE ne donne pas de chance de rattrapage, l'homme doit être ou n'est rien. C'est notre vision des choses...

"Misanthrope immortel" est dans son ensemble, un opus assez rapide, assez homogène avec un aspect symphonique très mélodique. Dans quel état d'esprit avez vous composé ce dernier ?
Oui, la base du travail fut de composer douze musiques les plus belles possible, avec des riffs vraiment metal et des leads (vocaux) voluptueux et mélodiques, harmonisés par un clavier orchestral des plus poussés. C'est Jean-Baptiste BOITEL qui a le plus composé sur cet album, c'est même un peu son disque : il a aussi repris, au synthé, la place qu'il avait sur "Humiliations libertines". Son style s'est vraiment confirmé et laisse une très grande place au grandiose et à la symphonie. Nous composons, chacun de notre côté et quand nous nous réunissons tous les cinq, nous essayons de méler nos idées et nos cordes. Certains morceaux à cinq, d'autres à un ou deux... il n'y a aucun ordre précis, et aucun problème d'égo les uns par rapport aux autres. C'est la qualité de la musique qui compte : nous devons tous nous plier a l'irrémédiable loi de la perfection. Frantz-Xavier BOSCHER, qui enregistrait son premier album avec nous, a même composé le morceau d'ouverture de l'album, qui est en général le morceau le plus stratégique du disque. Il n'y a aucun exclu au sein du groupe, tous les membres sont uniques et sont utilisés au maximum de leurs compétences. MISANTHROPE est un groupe dictatorial qui compose en groupe, qui joue en groupe et qui va de l'avant. Ce furent les bases de notre travail. La composition fut rude, de très nombreux morceaux ont échoué en cours de route, pour aller vraiment à l'essence même de notre plaisir musical. Nous avons composé jusqu'au dernier jour, avant d'entrer en studio, mais malgré cela, nous n'avons jamais été aussi prêts pour un album.

"L'espoir en enfer" est une outre au phrasé troublant où je cite, tu dis : "cette fois, je suis immortel, enfin, je le crois.... "... Peux-tu developper ?
Oui, le phrasé et le texte de ce morceau ne doivent pas être trop révélés. Les textes de S.A.S de l'Argilière sont complets et toutes les facettes de l'extrême et de la beauté du mal sont confrontées. Quand on appelle son album "immortel" ou "Misanthrope immortel" il faut avoir une profonde connaissance du thème et une analyse parfaite de ses pensées et des réactions d'autrui, pour pouvoir répondre. Déjà dans MISANTHROPE avoir un titre comme "Espoir... ", c'est presque du surréalisme, voire de l'impensable. Nous avons un esprit clair sur nos textes, mais le doute du MISANTHROPE sur sa condition comme sur la perception de l'infinité et de l'immortalité, est gênante. C'est un instant de doute du MISANTHROPE, c'est une vraie émotion, c'est l'impossibilité de pouvoir répondre par oui ou par non, même si la chose est réelle et palpable. Comme Alceste et son amour fou pour Célimène, c'est l'esprit MISANTHROPE. Nous ne faisons pas vraiment de mystère, mais une éternelle interrogation sur le pourquoi de la vie. Et quand celle-ci est connue, un doute sur les fondements même de cette exactitude se produit. Es-tu réellement sûr que 1 + 1 = 2 ? Nous, MISANTHROPE, ne le savons pas. C'est un code que l'humanité a donné aux hommes, pour communiquer et simplifier sa vie en communauté, car l'homme est un être égoïste parfait qui ne sait toujours pas, même après 2000 ans, vivre parmi les siens.

Que représente pour toi la scène et qu'allez-vous réserver a vos fans, lors de vos prochains concerts ?
La scène est le mode d'expression parfait pour une des facettes de notre musique. Il y a ceux qui écoutent MISANTHROPE religieusement au casque et ceux qui viennent partager ces grands moments de nos vies que sont les concerts. Nous sommes très rares sur scène. Nous ne ferons pas plus de dix concerts en France pour notre tournée "Immortel" alors si vous désirez nous voir, ne nous ratez pas en Mars ! MISANTHROPE aime partager et échanger ses émotions avec le public, il parait que nous sommes un très bon groupe de scène... c'est vous qui nous le dites et encore le meilleur reste à venir. Alors on vous attend sur la route, le rendez-vous est pris !

MISANTHROPE est maintenant prêt à conquerir le monde...
Nous avons déjà conquis le monde, nous ne faisons que consolider les fortifications misanthropiques a travers les continents. Le chemin a été dur et long, jonché d'embûches, mais nous sommes toujours là, imperturbables et fiers, durs comme la pierre, invincibles et immortels parmi la colère et les tempêtes... MISANTHROPE est le tout et le rien parmi l'infiniment grand et l'infini néant...

Fabrice Cassaro
-mail
Last updated: 8 October 2000