Misanthrope
FR
Français


Interview
.
Holy Records Catalog - Summer 1997.

MISANTHROPE

Vous êtes enfin de retour !
Il nous a fallu plus de 18 mois pour réaliser notre tout nouvel album qu'HOLY RECORDS va sortir le 7 Juillet. Ce fut un travail de longue haleine, où création artistique et planification furent organisées sur du papier à musique. Après "1666...Theatre bizarre" il fut très difficile de passer à quelque chose d'autre, d'offrir un futur au groupe MISANTHROPE. C'est après de longs moments de réflexion avec Jean-Jacques Moréac et Jean-Baptiste Boitel que nous avons élaboré l'ébauche et le story board de notre seconde époque. L'intégration de Sergio Gruz au clavier orchestral a aussi énormément apporté à ce second souffle.

Alors pour "Visionnaire" vous avez voulu changer d'air ?
Il nous fallait absolument pour se régénérer découvrir un nouvel univers. nous avions besoin de ce voyage pour nous retrouver tous et créer cette unité qu'est dorénavant MISANTHROPE, car aujourd'hui on ne peut plus parler de projet solo, ou de musiciens de session regroupés autour d'une seule personne. Nous sommes un groupe réel et existant avec une vie intérieure, plus connue sous le nom de "secte misanthropique", d'échanges et de passions partagés. Quand tu fais plusieurs albums en France tu as une impression de vite tourner en rond et d'avoir à faire face chaque fois aux memes problèmes : que se soit techniques ou humains avec l'ingénieur du son local. Au point de vue technique nous avions tout sur place car notre nouveau batteur Alexis Phelipot possède son propre studio 16 pistes numériques (d'ailleurs, lieu de nos répétitions hebdomadaires). Il nous fallait donc quelque chose de nouveau et d'assez attractif qui puisse nous permettre de décoller, de s'évader. Arriver dans un nouvel environnement comme Goteborg en plein hiver avec la neige tombant à flots, est assez dépaysant pour offrir à tes idées une fraicheur renouvellée.

Mais alors pourquoi la Suède?
C'est en écoutant les productions de AT THE GATES, LUCIFERION et DARK TRANQUILLITY que l'idée nous est évidemment venue. Leur genre de son très large où chaque instrument est à sa place avec une puissance énorme nous a tout de suite emballé, c'était sans vouloir copier ce que nous avions toujours voulu faire. Ca collait tellement à l'image de MISANTHROPE qu'il nous fallait franchir le pas et donner la dimension de production internationale qui manquait au groupe. Je crois que nous avons réussi ce challenge, car nous sonnons MISANTHROPE et non pas comme un sous DARK TRANQUILLITY. C'est impressionnant de voir comment un groupe comme le notre peut s'adapter et rester soi-meme quand tout autour de toi t'appelle à appliquer une recette qui a déjà fait ses preuves. Nous avons voulu rester neutres et nous-memes, et je crois que notre producteur Fredrik Nordström nous a bien suivi dans cette voie. Il nous a apporté ses connaissances sonores sans rien nous imposer au niveau musical.

Parlez nous de vos rencontres en Suède.
Tout s'est déroulé très vite, c'est Niklas Sundin de Dark Tranquillity qui nous a mis en contact avec le Fredman Studio. A l'écouter c'était un endroit paradisiasque où l'on ne pouvait enregistrer que du grand art ! Plus tard, vers Octobre nous avons approché Fredrik Nordström pour lui faire état de notre projet. Notre réputation nous avait déjà précédé et il s'attendait à enregistrer le plus bizarre des Metal. Arrivés au studio pour les sessions rythmique de "Visionnaire" en Février nous avons eu la stupeur de nous apercevoir que l'assistant de notre production ne serait autre qu'Anders Fridén le chanteur d'In Flames en personne. Il nous a suivi sur toute la durée de l'enregistrement et fut d'une précieuse aide lors des prises. En Suède tous les groupes Metal s'entendent et forment une grande famille, c'est une belle leçon d'entraide que beaucoup de groupes français devraient réaliser. Le comble fut nos nuits hébergés chez Jesper StrÖmblad le compositeur-guitariste d'In Flames, un matelas sur le sol entre ses deux chiens baveux !

Qu'avez-vous appris au niveau technique ?
En fait pour avoir un gros son de guitare il faut utiliser au moins trois micros. Pour les prises accoustiques et vocales ils nous ont construit une espèce de petite hutte où tour à tour nous enregistrions. Le fait d'être si loin, détachés de tout, sans contact avec notre entourage et nos proches nous a permis de nous surpasser, concentrés à cent pour cent sur la qualité des performances de notre enregistrement et nous motivant les uns les autres dans cette nature hostile. Ce fut un véritable combat contre le sommeil et la médiocrité en nous-meme. A toujours vouloir être performant, tu deviens un automate. Il faut savoir jouer avec cette inhumanité.

Mais à quoi donc ressemble ce nouvel album ?
Comme nous te l'avons dit auparavant c'est le début d'une seconde époque dans la carrière de Misanthrope. Une véritable renaissance créative et conceptuelle. Tout s'est bonifié et l'adhésion de trois nouveaux musiciens a vraiment enrichi nos sonorités. " VISIONNAIRE" se compose de dix nouveaux morceaux, 5 en français, 5 en anglais soit encore plus d'une heure de musique. Musicalement c'est très symphonique, plus abordable tout en restant complexe dans le bon sens du terme. Nous avons essayé de ne pas nous répéter bien que dans chaque morceau tu retrouves la griffe "Misanthrope". L'ensemble est quand meme plus violent, voire extrème. Il y a très peu de passages Doom pur et de rythmiques trop alambiquées. Nous avons essayé de faire un album qui ne lasse pas avec le temps. Chaque note ou harmonie à deux guitares, basse et synthé ont été minitieusement préparée, pré-produite et étudiée. Nous avons réellement chercher une perfection dans l'efficacité et la mélodie en gardant une puissance toujours maximale.

Le travail de la voix et du synthé sont vraiment différents de "1666...Theatre bizarre".
Effectivement, le chant a été enregistré sur 5 jours pour permettre à chacun des titres de posséder une couleur, un timbre différent. Nous n'enregistrions pas plus de deux titres par jours. La voix avait besoin de repos tant les séances furent intenses en cris et en émotions, limite... évanouissement. Contrairement à "1666...Theatre bizarre" où chaque ligne vocale était enregistrée l'une après l'autre de façon décousue, le chant de "Visionnaire" fut enregistré en continu et de façon presque live ce qui permit à la voix de se lacher, d'être plus rageuse et de vous offrir cette nouvelle dimension aujourd'hui. Au niveau des synthés Sergio Cruz a une façon de travailler totalement différente de celle d'Alexandre Iskandar, les compositions s'en ressentent énormément. C'est un musicien professionnel argentin de 29 ans qui insuffla par sa culture et son talent de nouveaux horizons au Metal de notre groupe. Il connaissait déjà bien Misanthrope avant sa venue en Suède pour avoir tourné avec nous les dates de l'été 96. Il ne travaille que sur partition ce qui est assez étrange pour nous qui travaillons principalement avec notre écoute.

Nouvel album, nouveau concept, parle nous un peu de la pochette.
Cette fois-ci Séverine d'Holy nous a concocté quelque chose d'extraordinaire et d'inédit. Aujourd'hui où le visuel et l'apparence sont un facteur primordial de qualité et de reve. Il nous fallait un graphisme vraiment personnel qui corresponde et qui soit créé pour Misanthrope en parfaite osmose avec la musique et son contenu verbal. Contrairement aux précédentes pochettes ce n'est pas une unique photo de nature morte mais une composition de photos faites expressément pour "Visionnaire". On peut expliquer cette pochette par une symbolique : elle représente un rideau qui s'abat sur le monde emprunté au théâtre de Molière. Celui-ci s'entrouvre par la main du mannequin en bois armé de son pic glacial sur le cosmos infini. L'horloge du temps est transpercée et va se liquidifiée dans ce passage cosmique entre le passé et le futur. Au delà de cette brèche du temps tout métal devient liquide et se plastifie. Ceci est une de nos visions du monde à venir.

Pouvez-vous me donner un regard sur votre passé musical ?
Il se compose de plusieurs enregistrements étalés sur le temps. Nous avons sorti un split CD "Hater of mankind" en 1991 comportant 5 titres inédits très rapides et violents, voire brutaux. C'est assez intéressant de les réécouter aujourd'hui. C'est fou comme ces cris aigus de naguère ressemblent aux borborismes Black métallique contemporains. Ce n'est qu'en 1993 que nous avons sorti notre premier album sur Holy Records "Variations On Inductives Theories". Très live et presque improvisé c'est une pièce maitresse de notre carrière, on y retrouve "La Demiurge", "And Also The Lotus" et la version anglaise de "Maudit Sois-Tu Soleil". On y découvre les prémices de cette façon de chanter et de composer si atypique. Nous passons ensuite à "Miracles : Totem Taboo", une compilation de trois maxis inédits en 1994 et un an plus tard au plus célèbre "1666... Theatre Bizarre" avec l'arrivée d'un nouvel élément : le synthé. C'est avec plaisir que nous jouons tous ces morceaux sur scène dans de nouvelles versions spécialement adaptées pour votre plus grand plaisir. Nous n'avons aucuns regrets car tous ces morceaux sont originaux et ont une âme. J'espère que vous serez nombreux à les redécouvrir car même avec le temps ils n'ont pris aucunes rides.

Que se passera-t-il en 2666 ?
Nous avons pris la permission d'écrire une suite extravagante au "Misanthrope" de Molière, téléportant son héros utopiste "Alceste", 1000 ans après sa création. Dans les dédales cosmiques il nous fait part de ses rencontres avec "la dandy", le "batisseur de cathédrales" ou son passage d'un pas raleur au "silence des grottes" du néant en dix petites paraboles. Il met en mouvement les pulsions amoureuses de Célimène, il nous décrit ses envies de sexe décadant allant jusqu'à rencontrer les humanistes et Ulysse comme lui éternel vagabond d'un voyage initiatique absurde et futile. Ce n'est que sur le titre "Visionnaire" que nous vous offrons notre propre point de vue sur le devenir de la race humaine. C'est un cri d'alarme, une alerte contre les abus de la technologie où l'homme s'enferme sur lui-même et se fait contrôler par la machine. Il ne vit plus que dans un monde virtuel et stérile. C'est la peur d'une fin de notre race qui nous fait réagir. Et si l'homme était la plus belle chose qui puisse exister ?

Un dernier mot pour les Holy maniacs.
Après "1666... Theatre Bizarre" vous allez vous délecter de "Visionnaire". Un album de pur Misanthrope avec des moyens énormes mis à notre disposition. Je crois que pour la première fois nous n'avons eu aucun remord avant la sortie d'un album. Je pense qu'il commence à se passer enfin quelque chose en France, nous sommes fiers de participer avec vous à ce renouveau tels les bâtisseurs de cathédrales paufinant d'une frappe systhématique la beauté dans l'immondice.

-mail
Last updated: 15 October 1999